Le N°1 : HAMLET

Comme l’explique François-Victor Hugo dans son Introduction, Shakespeare écrit une première version d’Hamlet puis la remanie, avant de la livrer à la postérité. Il s’agit de la pièce la plus célèbre de toutes ses tragédies. Elle est très longue (environ quatre mille vers) et énigmatique : à la cour danoise d’Elseneur, le prince héritier du trône voit le spectre de son père réclamer vengeance contre sa veuve et son frère, qu’il accuse presque ouvertement de l’avoir assassiné. Ce qui pourrait s’être transformé en tragédie sur le thème typiquement élisabéthain de la vengeance s’avère être un drame complexe, donnant lieu à une analyse de plus en plus fine de l’intériorité du prince. Au lieu d’agir sur-le-champ, le jeune Hamlet tente d’arriver à une certitude absolue sur l’auteur du régicide. Il feint la folie, et, par moments, devient véritablement fou. Il désespère sa fiancée, Ophélie, et entraîne son suicide. Puis, dans le but d’épier la réaction de sa mère et de son oncle, il monte au sein de la cour une représentation théâtrale mettant en scène la mort d’un roi, comme dans le récit du Spectre. Riche en scènes mémorables et en vers d’une beauté incandescente, cette « tragédie de la personnalité » est l’un des reflets les plus célèbres de la sensibilité moderne.

 Retour
shakespeare-fr _ Oferta